Connexion

Récupérer mon mot de passe


Petite Laura

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petite Laura

Message par csag le Lun 5 Déc - 16:11

Rappel du premier message :

Mes grossesses ne se passent bien qu’une fois sur deux. J’ai fait ma première fausse couche en 2010, puis je suis retombée enceinte et le 25 juin 2011 nous devenons parents. Une très belle grossesse. Notre Anne-Claire est arrivée à terme, en parfaite santé.
Ma belle-soeur donne naissance 15 jours plus tard à son fils, né à terme et en bonne santé également. Une grossesse que nous avons vécue ensemble, c’était magique de vivre ça en même temps!
En 2012, je tombe à nouveau enceinte. Malheureusement, le bonheur n’est pas au rendez-vous cette fois encore et je perds mon bébé. Une échographie réalisée la veille me rassurait pourtant et me montrait que mon bébé se développait comme il faut, que son petit coeur battait et que tout allait bien.
Je retombe enceinte quelques mois plus tard. Rapidement, je fais connaissance avec l’angoisse et les urgences: je perds du sang. J’ai un gros décollement de la membrane qui me vaudra un arrêt de travail jusqu’au bout de cette grossesse. Et le 12 mai 2013 arrive notre Aurore, née à terme et en bonne santé.
De son côté, ma belle-soeur attend son deuxième enfant. Sa grossesse se passe bien. Dans son neuvième mois, nous leur rendons visite, elle est magnifique. Puis nous les laissons en se disant que la prochaine fois que nous les verrons, ils seront 4! Mais cette nuit là, elle s’est rendue à la maternité et leur vie a basculé! Leur bébé était mort! Dans son ventre! Au 9eme mois! Sans raison!
L’envie d’un troisième enfant se fait à nouveau sentir, surtout pour moi. Mais m’imaginer annoncer à ma belle-soeur que nous attendons un enfant me paralyse. Nous attendons que le temps passe et qu’ils nous annoncent une nouvelle grossesse! Mais ils ne nous annoncent rien. Alors je calcule les dates. Je ne me sens pas capable de donner la vie à la date “anniversaire” de la perte de leur fils. Nous attendons donc encore un peu. Puis voici le test positif du 26 juin. Nous sommes si heureux malgré le mauvais sort qui me fait parfois penser que cette grossesse est celle qui ne tiendra pas. Ma belle-soeur est elle aussi enceinte! C’est un signe, nos grossesses ne peuvent que bien se passer! Comme la première fois! Nous avons seulement 4 jours de grossesse d’écart!
Malheureusement, rapidement l’angoisse revient. Je perds du sang et me rends aux urgences. Rien n’est détecté, mon bébé et moi allons bien. Nous avons le feu vert pour nous rendre à Grenoble pour le 15 août en voiture. Et nous apprenons aussi que la grossesse est déjà bien avancée et que nous n’avons que quelques jours pour faire la première échographie. Trop heureuse d’être enceinte, j’avais envie d’attendre avant de commencer la ronde de tous ces rendez-vous médicaux. Puis j’hésitais encore sur mon suivi, j’essayais de convaincre mon mari pour un accouchement à domicile et je devais donc contacter la sage-femme qui s’occuperait de mon accompagnement global. Comme je n’arrivais décidément pas à le convaincre, je m’orientais vers un plateau technique, comme je l’avais fait pour mon Aurore. Malheureusement la sage-femme qui s’était occupée de moi avait déménagé et plus personne ne faisait de plateau technique près de chez nous. N’étant pas satisfaite de la solution de l’accouchement classique qui s’offrait à moi, je repoussais le moment de prendre un premier rendez-vous, mais ce jour-là j’ai pris conscience que je ne devais plus traîner et j’ai sacrifié mes rêves d’accouchement.
Ce voyage à Grenoble, nous avions beaucoup hésité à l’annuler car c’est aussi un long trajet en voiture à la même période de ma grossesse qui m’avait provoqué mon décollement et les angoisses de perdre mon bébé qui vont avec. La malchance a pris le dessus, j’ai à nouveau perdu du sang arrivée à Grenoble. Directions les urgences. A nouveau même diagnostic, décollement membranaire important, plus gros que mon bébé! Risque de fausse couche, voiture déconseillée et éviter si possible de rentrer sur Paris tant qu’il y aurait des saignements, repos et siestes fortement recommandés! Je vais donc rester un peu et rentrer seule en train à Paris quelques jours plus tard. Je suis très stressée par ce voyage où je suis envahie de mauvais pressentiments. Je ressens beaucoup les vibrations du train, j’ai peur qu’elles soient trop fortes. Je rentre enfin chez moi où le reste de ma famille doit me rejoindre plus tard. Je m’aperçois que je ne sens plus mon bébé, alors que je le sentais plutôt bien chaque soir avant de prendre le train, même mon mari l’avait très bien senti. Je retourne donc aux urgences et là on me rassure en me disant que mon bébé va toujours bien, que c’est normal à ce stade de ne pas le sentir.
La grossesse évolue, rien à signaler jusqu’au 4 octobre. A nouveau je perds du sang. C’était un mardi soir. Mon mari travaille à l’étranger, je ne vais donc pas aux urgences tout de suite, j’appellerai mon gynéco le lendemain, quand les filles seront à l’école. Il me donne rendez-vous le jour même, le 5 octobre et évidemment aucune trace de sang à l’examen. A l’écho tout va bien, il est possible de perdre un peu de sang dû au décollement. Et il trouve le placenta bas inséré, ce qui provoquerait ces saignements. Par contre, la bonne nouvelle est que mon décollement n’est plus du tout visible maintenant. Je rentre chez moi.
Le jeudi ça recommence.
Le vendredi encore plus. Mon mari est rentré je vais aux urgences une fois les filles couchées. A l’accueil des urgences de l'hôpital, je suis plutôt bien accueillie et les personnes qui me prennent en charge comprennent mon angoisse et que je sois venue. Je monte ensuite aux urgences gynécos où je tombe sur une dame nettement moins sympathique qui me dit d’emblée dans le couloir quand j’explique ce qui m’amène que le sang est probablement dû au décollement et j’ai l’impression qu’elle se demande pourquoi je suis venue. A l’examen, une légère trace de sang marron, rien à voir avec ce que j’avais eu chez moi et à l’écho rien n’a changé, bébé va bien. Tant mieux. Au niveau contact humain je n’en garde que des mauvais souvenirs, mais après l’examen qui ne révèle rien d’inquiétant, je rentre chez moi. Je vais encore perdre du sang, c’est normal.
Et là le cauchemar a vraiment commencé. Ce fut la première longue et mauvaise nuit que nous avons passé. A peine rentrée chez moi les saignements ont recommencé et ont duré toute la nuit. J’ai dû prendre plusieurs douches, me changer plusieurs fois, protéger les draps, c’était impressionnant. Mais que pouvais-je faire de plus puisque “tout allait bien”! Heureusement mon mari était là. Ca a duré plusieurs semaines. Je saignais beaucoup et plus encore quand je m’allongeais, j’étais fatiguée, je passais mes journées au lit quand les filles étaient à l’école. J’ai fini par recontacter mon gynéco par sms le 13 octobre, il ne me répond pas, donc je dois essayer de continuer de croire que cette situation est normale. Le lundi 17 octobre, après une nuit particulièrement difficile, je le recontacte. Il me parle d’hospitalisation et me dit de venir tout de suite. Après une nouvelle écho tout va encore bien! Il ne comprend pas. Pas besoin d’hospitalisation. Mes symptômes sont inquiétants, l’inquiètent (alors imaginez mon inquiétude à moi!) mais on ne sait pas trop pourquoi je saigne et encore moins comment arrêter ces saignements. Mais ça ne fait qu’empirer encore et encore, je suis à bout. Perdre du sang pendant une grossesse n’est pas normal et stressant, perdre tout ce sang pendant tout ce temps, je suis à bout. Mon gynéco me dit de l’informer de l’évolution de la situation tous les jours, l’écho du 2eme trimestre étant prévu avec lui pour ce vendredi 21 octobre.
J’étais loin de m’imaginer ce qui m’attendait!
Mercredi 19 octobre
Le mercredi matin je ne vais pas bien, j’ai encore beaucoup saigné, je ne dors plus, je n’en peux plus. Mon gynéco me reparle d’hospitalisation et me dit d’aller directement à l'hôpital. Beaucoup de choses à gérer, mon mari est à Londres, on est mercredi juste avant les vacances scolaires et les filles finissent à 11h30. Heureusement je suis entourée de gens bienveillants.
J’arrive aux urgences avec ma valise pour me faire hospitaliser. Il n’est pas encore 9h30. D’abord l’accueil, en bas, puis les urgences gynécos, à l’étage. Heureusement le personnel n’est pas le même que la fois précédente. On commence par une échographie avec une interne vraiment très sympathique et très douce. Elle se questionne sur mon placenta. Elle appelle un confrère. Lui aussi se pose des questions. Ce qui est sûr c’est que je perds beaucoup de sang, ils ne peuvent plus ne pas s’en rendre compte et ça fait beaucoup de bien de partager ça. Je suis bien restée 1 heure dans cette salle d’échographie. Mais ça allait bien se passer, j’étais prise en charge, ils allaient s’occuper de moi. Je ne savais pas trop combien de temps j’allais rester, quelques jours sans doute et ça irait mieux. Je passe dans la salle d’à côté où on me pose un cathéter pour une perfusion de spasfon. J’attends. Je repasse en écho, cette fois c’est la chef de service, accompagnée des 2 internes, qui fait l’échographie. Je vais bien rester à l'hôpital, on attend de me trouver une chambre. Mon placenta est recouvrant, ce qui provoque tous ces saignements, mais aussi fundique, diffus... Je vois bien que ce n’est pas très clair, même pour eux et ils sont 3! On me trouve aussi une infection urinaire et peut-être une fissure de la poche des eaux, à vérifier dans les prochains jours car le sang peut amener des résultats faux positifs. En tout cas je vais encore saigner car des caillots sont visibles à l’échographie et je vais certainement les évacuer.
Je suis transférée dans ma chambre, il est un peu plus de 13h.
Jeudi 20 octobre
Première nuit. Comme à la maison, je saigne. Vers 2h, j’appelle une sage-femme car du coup j’en ai mis plein mon lit. Elle semble surprise par la quantité et me dit qu’elle va me renvoyer au service des accouchements car c’est une grosse quantité de sang et qu’il faut être stabilisée pour être dans le service des grossesses pathologiques où je me trouve. Je suis surprise par ce changement de service mais pas spécialement inquiète car je ne saigne pas plus que chez moi, peut-être même moins. J’ai totalement perdu la notion des quantités de sang qu’il peut être acceptable de perdre. La nuit est beaucoup moins sympathique: pas de toilettes dans ma chambre et je n’ai pas pensé à prendre mes chaussons pour traverser le couloir où je me balade en chemise de nuit, perfusée. Le matin je pense qu’on m’a oubliée, personne ne vient me voir, a 10h j’ai très faim et je finis par sonner! Je peux enfin prendre un petit déjeuner, faire enlever ma perfusion même si je dois garder le cathéter et je rejoins bientôt ma chambre. Finalement je me dis que j’aurais pu rester dans ma chambre, je n’ai rien eu de plus ici...
La perfusion de spasfon est remplacée par les comprimés du même médicament. Je commence aussi à prendre du fer et de la vitamine B9 par voie orale et un antibiotique contre l’infection urinaire.
J’ai la visite d’une diététicienne pour suivre un régime riche en fer à ma sortie et d’un anesthésiste… (au cas où…).
Dans le même temps, mon mari est en cours de recrutement pour un poste à La Réunion. 13 ans qu’on se connaît et qu’on attend de pouvoir vivre ensemble, dans le même pays. C’est maintenant que cette opportunité semble enfin s’offrir à nous.
Vendredi 21 octobre
Réveil à la prise de sang, il est 6h30. De toute façon je dors d’un sommeil très léger, ca ne me dérange pas bizarrement que cette journée commence si matinalement.
A l’hôpital, les saignements ne disparaissent pas mais j’ai l’impression que ces 2 premiers jours d’hospitalisation, ils regressent. Je suis contente, c’est sur la bonne voie. En réalité j’ai peut-être été trop optimiste et il n’y a aucun changement.
Aujourd’hui, j’aurai dû faire mon écho du 2ème trimestre avec mon gynéco. Il prend des nouvelles, il semble optimiste. Moi aussi.
Samedi 22 octobre
Cette nuit, j’ai perdu un gros caillot. J’en ai mis plein le chemin pour me rendre aux toilettes.
Aujourd’hui j’aurai une perfusion de fer pour changer un peu, mon hémoglobine est descendue à 7. La sage-femme me dit que si je reperds beaucoup de sang, … et elle n’a pas fini sa phrase. Moi je pense que je peux en mourir, mais que ça ne m’arrivera pas ici, je suis prise en charge. Mon bébé va bien, donc attendons!
De leur côté, mes filles, mon homme et une partie de la famille visitent le parc des Félins aujourd’hui. L’annonce est faite que nous allons partir à la Réunion
Je découvre la couleur “coca-cola” du fer, un peu avant 16h. Dans 48 heures j’aurai une autre perfusion. Les effets devraient être visibles d’ici 10 jours. Je vais aussi avoir des compléments hyperprotéinés.
Dimanche 23 octobre
Ce matin le premier texto que je reçois est dicté par mes filles et mon homme, c’est trop mignon, sourire et bonne humeur.
Mais rapidement je vais pleurer pour la première fois depuis mon arrivée à l’hôpital. Il est à peu près 10h. La sage-femme qui vient me voir m’explique que nous sommes dans une maternité 2b. Si la situation ne s’améliore pas, je serai transférée d’ici 2 à 3 semaines en maternité de niveau 3 encore enceinte pour qu’on puisse intuber mon bébé au cas où il soit prématuré!! C’est horrible d’entendre ces mots-là. Je commence à voir mon hospitalisation autrement. Je pensais rester quelques jours, je vais finalement rester plus longtemps, passer Noël loin de mes filles. La maternité sera plus loin pour mon mari, actuellement elle est à moins de 10 minutes de la maison et c’est très pratique. Mais au fond je n’envisage pas d’accoucher rapidement, mon bébé naîtra l’année prochaine.
Suivant l’avancée de ma grossesse, différents transferts seront envisagés dans les maternités prenant en charge des enfants avec une prématurité de moins en moins grande. Dans le cas de menace d’accouchement prématuré, on avance par palier: on se donne des objectifs à atteindre à court terme avec comme but d’atteindre le plus d’objectifs possibles.
J’ai des sensations étranges, j’entends sans interruption mes battements de coeur cogner dans ma tête, fort et vite.
Lundi 24 octobre.
Ce matin, dans le sms que j’envoie à mon mari je lui dis que ca va faire 24h que les saignements ont diminués de manière visible, c’est encourageant. Par contre tous les matins on me prend ma tension et je vois bien qu’elle diminue: 12 au début, puis 10 et ce matin 9! Je n’ai jamais eu une tension si basse. Il parait que c’est normal c’est parce que je n’étais pas encore levée...
Ce matin, la sage-femme vient avec le médecin qui m’emmène faire une échographie. Régulièrement on me fait des prises de sang et mon niveau d’hémoglobine ne fait que chuter. A 10.1 a mon entrée, j’apprends en chemin qu’il est descendu à 5.9 ce matin. Installée pour l’écho, j’apprends que ça sera l’écho morphologique du 2ème trimestre. N’ayant pas été prévenue, mon mari n’est pas présent. Mon bébé va toujours aussi bien, il est parfait pour son terme. Il gigote beaucoup mais je ne le sens pas. Le médecin qui m’examine veut prendre un nouvel avis auprès d’un collègue encore plus spécialisé qui nous rejoint. Finalement mon placenta est bien placé, il est “fundique postérieur” mais le problème viendrait d’un “gros hématome en face du col mesurant 7 cm sur son plus grand diamètre”.
Avoir des problèmes de placenta n’était pas réjouissant, mais j’avais une cause concrète, des explications, je pouvais trouver des témoignages sur internet. Ce qui m’arrive maintenant n’est pas clair, les médecins sont démunis, je ne sais pas où me rassurer.
On me remonte dans ma chambre, je vais avoir une transfusion! Moi qui n’ai jamais donné mon sang je vais recevoir 2 culots globulaires, soit le sang de 2 donneurs! Vers 15h, tout est prêt. Les effets se font sentir rapidement: j’étais sans forces avant la transfusion, mais je me sens en pleine forme après!
Je demande exactement quels sont les risques encourus à cause de ces pertes de sang et on me parle de fausse couche tardive pour la première fois. Ca ne veut rien dire pour moi, j’ai passé la moitié de ma grossesse. Ca n’est pas envisageable, ça ne m’arrivera pas.
Dans ma tête, avant cette réponse et même après car ce qu’on m’a répondu n’est pas concret, je pense que je pourrais mourir, mais que cela ne m’arrivera pas car je suis maintenant prise en charge dans un hôpital. Ils trouveront ce qu’il faut faire et tout ira bien! Mais jamais jamais jamais je ne comprends qu’il peut y avoir un risque pour mon bébé uniquement.
Mardi 25 octobre
Ce matin mon hémoglobine est remontée à 7.5: voilà donc posée ma 2ème perfusion de fer.
Il doit y avoir un vaisseau caché derrière mon hématome qui me fait saigner.
Je n’avais pas d’infection urinaire finalement, j’ai terminé mon traitement d’antibiotiques puisqu’il était commencé. Je n’ai probablement pas eu de fuite de liquide amniotique non plus, mais les saignements ne s’étant pas arrêtés, on n’a jamais pu refaire le test.
Mercredi 26 octobre
Bilan après une semaine d’hospitalisation: ça fait maintenant 3 semaines que je saigne à peu près non stop, je ne vois absolument aucune amélioration si ce n’est que mon hémoglobine ne tient plus le coup.
A nouveau je prends du spasfon en perfusion. Rien n’y fait je perds toujours du sang. Pendant mon hospitalisation, au fil des jours on m’a préparée à être transférée dans une maternité capable de prendre en charge les très grands prématurés, le transfert aurait lieu vers mi-novembre, avant mon bébé était trop petit, il n’était pas encore “viable”. Mais mon bébé ne naîtrait pas avant, je n’envisageais pas cette possibilité. Les sages-femmes et les médecins m’ont expliqué qu’on avancerait par paliers: d’abord cette première date de transfert, puis quand on en serait là on se donnerait un nouvel objectif et la prématurité réduirait au fur et à mesure des semaines. J’allais connaître différentes maternités, je ne verrais pas le sapin de Noel cette année, je passerais Noël à l'hôpital, mais mon bébé ira bien.
Puis mon état ne s’améliorant pas, après m’avoir parlé de prématurité on me parle de fausse couche tardive à nouveau. Là encore je n’ai pas compris. La sage-femme l’ayant remarqué elle est revenu m’expliquer ce que ça voulait dire: je pouvais accoucher de mon bébé, soit déjà mort, soit qui mourrait dans mes bras car il était encore trop petit pour vivre, on ne réanime pas les bébés à ce terme de la grossesse. Je l’ai écoutée en pleurant mais je savais au fond de moi que ça ne m’arriverait pas, elle se trompait, j’allais être transférée bientôt. Mon bébé allait naître, plus ou moins prématuré, mais surtout il allait vivre!!!
Tous les jours les sage-femmes venaient écouter le coeur de mon bébé qui allait bien, petit bébé était en pleine forme. Elles étaient juste surprises que je ne le sente toujours pas bouger. Puis ce mercredi 26 octobre avant d’écouter son coeur, la sage femme a vu cette bosse, que je voyais déjà depuis plusieurs jours et je me disais que c’était certainement le dos de bébé qui venait se coller contre moi. Mais au lieu de ça elle confirma ma crainte: c’était une contraction. Je peux me mettre en travail! J’ai à nouveau une perfusion, plus dosée cette fois. La sage-femme m’a mis une blouse d’accouchement. La veille j’avais arrêté les comprimés de spasfon puisqu’à priori pas de contraction. A partir du moment ou elle m’a dit que c’était une contraction, je les ai senties sans interruption. Et puis mon col a commencé à s’ouvrir, c’est certainement ce qui a permis l’évacuation d’une quantité importante de gros caillots.
Et là j’ai compris que j’allais perdre mon bébé, qu’on ne pouvait plus rien faire pour empêcher ça, que mon petit bébé qui allait très bien, qui était en pleine santé allait sortir trop tôt et mourir parce que mon corps était à bout. Il était à peu près 16h. J’écris à mon mari “j’ai peur”.
J’étais triste mais calme, j’avais déjà beaucoup pleuré et je venais de comprendre ce qui allait se passer, je ne le voulais pas mais personne ne semblait rien pouvoir y faire. 30 minutes plus tard je vois mes filles, ma maman et mon mari. Mes filles partent chez leurs grands-parents. Il était prévu que mon mari reste avec moi la nuit pour la première fois depuis le début de mon hospitalisation, finalement nous ne le voulions pas mais le moment était bien choisi.
Le comprimé de la dernière chance: l’atarax, sensé relâcher les muscles y compris l’utérus.
Puis la pipette de morphine sous la langue et une deuxième un peu plus tard. Sûrement ce qui m’a fait vomir juste avant de partir en salle d’accouchement, même si ce soir-là je n’avais presque rien pu avaler.
J’ai dit à mon mari que je ne voulais pas de péridurale.
Puis la sage-femme est passée et nous a expliqué ce qui allait se passer. Elle m’a dit que j’aurai la péridurale, je n’ai pas osé protester, n’en ayant plus la force.
Plus tard, j’en ai reparlé à cette sage-femme ou une autre, je ne sais plus, que je n’étais pas sûre de vouloir la péridurale, mais elle m’a facilement convaincue et m’a dit que ça serait mieux pour moi. J’ai mal compris pourquoi, mon mari m’a réexpliqué: on risquait notamment d’avoir besoin de me faire des manipulations douloureuses après l’accouchement ca serait plus supportable ainsi. La pose de cette péridurale reste un de mes regrets, même si je ne sais pas si j’aurai eu assez de forces pour faire sans, j’aurai au moins dû essayer, suivre mon instinct.
Nous voilà partis en salle de naissance. Les effets de cette fameuse péridurale se font vite ressentir: je n’ai plus mal et je m’aperçois aussi que ma jambe gauche est presque paralysée. Je me demande si mon bébé va naître aujourd’hui ou demain. Puis je perds les eaux. Puis mon bébé arrive. Nous sommes seuls, mon mari, mon bébé et moi. Mon mari appuie sur la sonnette mais moi je suis bien, mon bébé sort tout seul, je ne pousse pas et pourtant il sort et mes mains sont là pour l’accueillir. Puis quelqu’un vient suite au coup de sonnette de mon mari et quand elle s’aperçoit que mon bébé est déjà à moitié sorti elle appelle ses collègues. Et une sage-femme, très gentille, vient mettre ses mains sous les miennes et me dit de pousser et je ne veux pas et je ne sens rien et je pousse pour lui faire plaisir mais je regrette qu’elle soit venue finalement. Et mon bébé est né. Mort. 23h43. C’est une petite fille, nous avions décidé son prénom seulement quelques heures plus tôt car nous n’étions sûrs de nous qu’au cas où notre bébé serait un garçon. Elle s’appelle Laura. Son deuxième prénom, Rose, nous avait été donné par notre aînée. Notre petite Laura Rose est toute petite mais vraiment très jolie. 525g, elle est parfaite pour son terme. Mon placenta est plein de caillots, à tel point qu’on n’a aucune idée de s’il est complet ou non. Il va être envoyé en analyses. J’avais demandé à ce qu’on ne coupe pas tout de suite son cordon, on m’avait répondu qu’à ce terme il était fin et risquait de se casser tout seul. Puis les conditions de naissance de ma fille ont fait que ça n’avait plus de sens. Clampage rapide et papa a coupé...
Je veux ma fille tout de suite, je ne veux pas que quelqu’un d’autre la prenne. Mon mari et moi la touchons, l’embrassons, l’admirons, la pleurons, la prenons en photo, la sentons, nous l’aimons déjà tellement. Lui qui ne pleure jamais se met à pleurer. Moi qui n’arrête pas de pleurer je garde les yeux secs. Nous lui confions mes 3 doudous pour qu’elle ne soit pas seule. Et malheureusement nous devons lui dire au revoir. La maternité nous offrira son petit bonnet à ma demande, qui malheureusement a trop rapidement perdu son odeur, deux photos d’elle, dont une très jolie, peut-être même ma préférée, et ses empreintes. Après le temps de surveillance réglementaire, je retourne dans ma chambre avec mon mari, le ventre et les bras vides.

csag
Babynaute de bronze
Babynaute de bronze

Date d'inscription : 17/06/2012

Je suis : Maman
Nombre d'enfants : 2 enfants

Age : 35
Nombre de messages : 383

Revenir en haut Aller en bas


Re: Petite Laura

Message par oumick le Jeu 5 Jan - 23:21

je t'en prie, et je suis contente que tu aies eu une réponse meme si elle nest pas encore complète et espérons qu'il prenne le temps de tout lire assez rapidement...

oumick
Babynaute d'or
Babynaute d'or

Date d'inscription : 01/10/2012

Nombre de messages : 5841

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite Laura

Message par angel le Ven 6 Jan - 11:16

Ah genial !

__________________________________
Zhom & moi ensemble depuis le 22/05/2011.
------------------------------------------------------------------
Elena, née le 18/07/2012.
Allaitée 2 mois et demi à 100%.
------------------------------------------------------------------
Calie, née le 26/06/2016.
Allaitée 100% jusque presque 3 mois, puis mixte jusque 4 mois et demi.
------------------------------------------------------------------
Ex marraine de Véro : Noa né le 06/11/2014
Ex marraine d'Alisson : Sacha né le 26/04/2016
Ex marraine de Clarisse : Mackenzie née le 03/10/2016
avatar
angel
Babynaute d'or
Babynaute d'or

Date d'inscription : 23/01/2014

Je suis : Maman
Nombre d'enfants : 2 enfants

Age : 31
Nombre de messages : 8333

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite Laura

Message par csag le Ven 3 Fév - 0:00

Toujours pas de nouvelles de mon gynéco. je commence à me (re)dire qu'il ne me fera pas de retour:(

par contre j'ai revu ma (super) psy mardi qui est en lien avec la (super) gynéco de l'hopital à qui j'avais envoyé une lettre. et je sais qu'elle a écrit ma réponse que j'ai tellement hâte de lire. quelle deception chaque jour de ne pas l'avoir trouvée dans la boite pour l'instant.

notre demenagement avance, nous avons signé le compromis de vente de notre maison aujourd'hui!
je suis finalement contente que ce changement radical de vie coincide avec ce qui s'est passé pour Laura.

csag
Babynaute de bronze
Babynaute de bronze

Date d'inscription : 17/06/2012

Je suis : Maman
Nombre d'enfants : 2 enfants

Age : 35
Nombre de messages : 383

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite Laura

Message par oumick le Ven 3 Fév - 0:04

j'espère que tu auras bientôt la lettre dans ta boîte...

__________________________________
FC tardive le 22.04.13 à 20+3 SA                  Ma marraine: Eloa  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

19.12.14 echo à 10+2: grossesse non évolutive
30.12 FC spontanée
29.01 RDC
FIV DO en Tchéquie à Hradec Kralove
12.07 Transfert de 2 embryons stade blastocyste de top qualité..
26.07 pds --
avatar
oumick
Babynaute d'or
Babynaute d'or

Date d'inscription : 01/10/2012

Je suis : Mamange
Age : 48
Nombre de messages : 5841

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite Laura

Message par angel le Ven 3 Fév - 12:24

Coucou,

Csag, pff mais quel con ce gynéco, il a pas compris que c'était important pour toi d'avoir un retour ?... Ok c'est long à lire, mais zut quoi ! Il peut trouver un moment pour le faire s'il voulait !!... Et idem pour une réponse...

C'est le mois prochain que tu pars ?

__________________________________
Zhom & moi ensemble depuis le 22/05/2011.
------------------------------------------------------------------
Elena, née le 18/07/2012.
Allaitée 2 mois et demi à 100%.
------------------------------------------------------------------
Calie, née le 26/06/2016.
Allaitée 100% jusque presque 3 mois, puis mixte jusque 4 mois et demi.
------------------------------------------------------------------
Ex marraine de Véro : Noa né le 06/11/2014
Ex marraine d'Alisson : Sacha né le 26/04/2016
Ex marraine de Clarisse : Mackenzie née le 03/10/2016
avatar
angel
Babynaute d'or
Babynaute d'or

Date d'inscription : 23/01/2014

Je suis : Maman
Nombre d'enfants : 2 enfants

Age : 31
Nombre de messages : 8333

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite Laura

Message par csag le Mer 8 Fév - 0:12

toujours pas de lettre grrgrggr de grggrgrgg! ce matin, le facteur qui sonne pour un recommandé... pour l'ancienne proprio qui a déménagé... en 2009... malgré nos nombreux retours NPAI je ne comprends pas qu'on en reçoive encore.... et moi pendant ce temps j'attends ma lettre mais du coup je me demande s'il n'y pas eu un problème à la Poste (sont vraiment pas doués par chez moi... régulièrement je reçois le même numéro que moi dans la rue d'a côté...).

Mon homme est parti, pour nous c'est le 3 mars. ca avance vite maintenant!!

non mon gynéco n'est pas con. je ne sais pas pourquoi il ne lit pas... peut etre que c'est difficile pour lui aussi, je crois qu'il n'avait sincèrement pas compris que c'était aussi grave, peut etre culpabilise-t-il?

csag
Babynaute de bronze
Babynaute de bronze

Date d'inscription : 17/06/2012

Je suis : Maman
Nombre d'enfants : 2 enfants

Age : 35
Nombre de messages : 383

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite Laura

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum